« Mon voyage en noir et blanc dans l’usine de la mode »

L’ex-établissement Max Mara vu par la photographe Francesca Bertolini

Par Elisabetta Grassi


C’est dès l’âge de 12 ans que Francesca Bertolini a été attirée par l’art de la photographie. Aujourd’hui âgée de 31 ans, Francesca, originaire de Montecchio (Reggio Emilia), a suivi sa passion et l’a développé jusqu’à arriver à exposer ses photos dans toute l’Italie et dans de nombreux pays étrangers tels que l’Espagne, la Belgique, les États-Unis, la Suisse, et l’Allemagne.

Charmée par le monde de la mode dans lequel elle travaille, elle a su profiter de ses voyages et de se expériences quotidiennes pour les traduire en images capables de transmettre des émotions et des histoires vécues.

Du 15 mai au 29 juin prochain seront exposées à La Maison de la photographie de Lille, en France, 50 photographies prises entre novembre 2004 et janvier 2005 (un an après le déménagement) au sein du vieil établissement Max Mara situé rue Fratelli Cervi à Reggio Emilia.

Angela Mandesani, experte en photographie, commente l’exposition intitulée Mémoire de présence : «On entrevoit une ombre d’humanité entre les murs des grands espaces de l’usine. Cintres, tables, papiers et vieilles affiches se mêlent au milieu de coiffures d’un autre temps. Il s’agit de la volonté de fixer le temps de la fin ». Francesca connaît très bien ces espaces pour y avoir travaillé pendant plusieurs années : « J’ai voulu faire émerger des éléments de la vie intense, dynamique et frénétique qui se développe en ces lieux ». Un voile de poussière recouvre tout et laisse deviner le passage du temps qui semble avoir ralenti son cours jusqu’à s’arrêter.
La photographe de Montecchio n’est pas une novice dans la réalisation de reportages dédiés à la mode : elle est l’auteur d’une exposition de 35 photographies prises dans les coulisses d’un défilé de Max Mara pendant la semaine de la mode à Milan et présentée en 2006 sous le titre Backstage. Un parcours qui représente les mannequins se relaxant avant le défilé, le moment crucial de l’essayage, les dernières retouches des habilleuses et de Laura Lussardi, fashion cordinator de Max Mara, le look qui est sur le point de défiler sur la passerelle, les maquilleurs, les pupitres avec tous les vêtements accrochés et catalogués, prêts pour les moments décisifs des changements, et enfin la sortie du mannequin en face du public, assis en contre bas. La photographe ajoute : « Pour chacune de ces expositions j’ai choisi le noir et blanc parce qu’il m’a permis d’approfondir ma recherche au-delà de la caractéristique primaire de la mode : la couleur »

Les prochains rendez-vous auront lieu à l’occasion de la semaine européenne de la semaine de la photographie à la galerie Torno Subito (piazza 24 Maggio) de Reggio Emilia jusqu’au 24 avril avec l’exposition intitulé Illusioni qui sera exposée également à la Villa Pomisi à Castelanza (Varese) du 8 au 18 mai.

 

   

   (C) 2003 - 2006 . Design & software Maisonphoto.com .