Maison de la Photographie Nord Pas de Calais TRANSPHOTO.net
 

  BOURSE A LA CREATION # 2


              


Voir les résultats complets : Maison de la Photographie Nord Pas de Calais TRANSPHOTO.net 2001 - 2002 - 2003 - 2004 - 2005 - 2007- 2008 - 2009




ANTOINE CATARINO, lauréat de la bourse 2002    [voir la galerie]


Antoine Catarino se voit passer une commande par le festival des Transphotographiques. Il reçoit un montant de 1 500 euros pour réaliser un reportage sur la ville de Lille, reportage qui sera exposé au prochain festival en mai 2003. Il remporte aussi un bon d'achat de 750 euros en matériel Sigma.

C'est Antoine Catarino le lauréat de la bourse à la création 2002. Son portfolio s'est vite démarqué parmi la centaine de dossiers reçus en raison de sa véritable originalité.
Antoine est un éducateur de 50 ans qui habite à Morteau, ville située entre la Suisse et Besançon. A new York, il a été frappé par le flux incessant des personnes dans la rue qu'il a essayé de traduire via des montages opérés sur ordinateur : " ces images font partie d'une série de 32 photos réalisées en mai 2002 en remontant Brodway. J'ai scanné mes diapos et tenté de me rapprocher du cinéma en juxtaposant des images. C'est évidemment une écriture différente de la photo fixe. J'ai visité le mémorial du 11 septembre mais je n'ai pas eu envie de m'y attarder. J'avais plutôt envie de montrer la vie de cette ville en créant des petites histoires. Je fais des photos en fonction de mes montages. A la prise de vue, je sais à peu près ce que ça peut donner… "
Antoine est enthousiaste à l'idée de réaliser un reportage sur Lille, le résultat sera exposé à Lille en mai 2003.




LES AUTRES FINALISTES :

MICHAËL SERFATY (Aix-en-Provence) :

Ce n'est pas vraiment de l'humain qu'il s'agit mais de sa représentation au travers des affiches publicitaires. Un humain idéalisé et que Michaël Serfaty a intégré dans ses cadrages : " J'ai longtemps déshabité mes photos de ville préférant l'élégance des architectures centenaires au mouvement agité de foules anonymes. Dans ces grands panneaux qui habitent le décor des villes, j'ai vu une tentation dérisoire de l'homme de rivaliser avec le gigantisme urbain, un vain combat entre l'éphémère et l'éternité ". Comme c'est bien dit ! Michaël n'est pas écrivain mais obstétricien, et il ne le sait pas encore, mais son bébé a été vivement soutenu par une partie du jury. Mais il ne fallait qu'un gagnant…







ALAIN LEFEBVRE (Caudebec lès Elbeuf) :

" Ville lumière, ville éternelle, ville dortoir, ville d'eau, ville aux cent clochers, ou aux cents cheminées…la ville est multiple. Les hommes eux y prient, s'y promènent, font du sport, s'aiment et s'ennuient car au fond on y est souvent seul… ".C'est effectivement une vision d'un humain solitaire perdu dans l'univers de la ville, que nous livre Alain Lefebvre dans les huit images envoyés pour le concours. Mais le plus intéressant dans son approche, c'est que cette solitude il l'a retrouvée et photographiée dans des villes aussi diverses que Lisbonne, El Oued, Roubaix, Toulouse, Peshawar ou Karachi…
En Orient ou en Occident, l'être humain est seul mais aussi vulnérable, réduit par les cadrages d'Alain à une silhouette au fond de l'image ou au mieux à un gisant vivant. L'ensemble n'est pas très gai, et pas si éloigné de la réalité.



MICHEL STAUMONT (Fontaine au bois) :

"Que l'on cherche sa route, que l'on rentre ou sorte du métro, que l'on arpente les rues de la ville, toujours d'autres formes humaines vous fixent, vous suivent, vous espionnent…Imperturbables, silencieuses, collées au mur de la ville ici ou là. Je les ai fixées moi sur la pellicule ". Les affiches publicitaires qui envahissent les villes ont beaucoup inspiré les participants de notre Bourse à la Création. Parmi tous les dossiers déclinés sur ce thème, le jury a retenu celui de Michel Staumont, remarquable par bien des aspects. Grande maîtrise du cadrage panoramique, tirages barytés impeccables, présentation très soignée…Michel n'est pas loin du grand prix. La prochaine fois peut être ?



PATRICK DEVRESSE (Dainville) :

Aux villes cosmopolites, Patrick a préféré l'unité de lieu. Son travail porte sur les deux places d'Arras, qui, selon lui " ne prennent réellement sens que lorsque l'humain les habite. " Patrick avait déjà été sélectionné l'année dernière parmi les finalistes. Il arrive encore dans les premiers grâce à un dossier très abouti regroupant des photos n&b de bonne tenue et une présentation irréprochable.


FRANÇOIS BERTAIOLA (Délémont, Suisse) :

Paris, Barcelone, Venise ou Monte Carlo…quelle que soit la ville, François Délémont a privilégié le graphisme et les situations insolites servi par un n&b classique et de bon aloi. Bien lui en a pris puisqu'il est resté jusqu'à la fin dans le peloton de tête. Enseignant en biologie, François a néanmoins beaucoup exposé. Il mène depuis plusieurs années un travail de longue haleine sur…l'humain dans la ville !





Voix du Nord du 07/11/2003 :

 
       
 

   (C) 2003 - 2006 . Design & software Maisonphoto.com .